Lift To Experience – the Texas-Jerusalem Crossroads (Réédition – 2017)

J’ai écouté l’original un nombre incalculable de fois. « The Texas-Jerusalem Crossroads » fait partie de ces disques cités précipitamment lorsque surgit dans la conversation la question de tous les temps, ou celle de l’île déserte. Et ça ne dit réellement rien, ou ça dit mal, sur ce que je ressens à son égard. Mon attachement est verrouillé par une admiration sans mesure, et cette admiration est … Continuer de lire Lift To Experience – the Texas-Jerusalem Crossroads (Réédition – 2017)

Merchandise

Miroir. Il n’est pas facile de se figurer avec netteté la part de génie du groupe Merchandise, et sa part de météorisme immergé. Hey ! Nous sommes constamment tiraillés d’un côté et de l’autre, souvent par un même stimulus, qui, selon notre humeur, ou bien alors selon le taux d’humidité de l’air, nous apparaît tantôt flamboyant, tantôt tristement raté. C’est que plusieurs contradictions viennent se … Continuer de lire Merchandise

Pissed Jeans – Why Love Now (2017)

Par conviction ou par réflexe, chaque nouvel album de Pissed Jeans est attendu avec une impatience digne du plus capricieux des chiards. Si le précédent «Honey» n’avait pas justifié de se rouler par terre, le souvenir de «King of Jeans» suffit toutefois à espérer un retour en majesté des quatre pisseux de Philadelphie. À la question «Why Love Now» – si c’en est vraiment une … Continuer de lire Pissed Jeans – Why Love Now (2017)

David Thomas Broughton, Crippling Lack (2015/2016)

Je ne fais pas la gueule, je suis seulement à côté de mes pompes. Par nature, je navigue en eaux salées, pas nécessairement troubles, et tends à me laisser flotter de vagues en vagues vers des rivages aux courbes tendres qui répondent à ma voix en échos redondants. Je scrute des formes connues dans les nuages noirs et gonflés, je tamise le limon en espérant … Continuer de lire David Thomas Broughton, Crippling Lack (2015/2016)

Dinosaur Jr, Give a Glimpse of What Yer Not (2016)

Gâtons immédiatement l’intrigue en affirmant, les poings crispés, que ce dernier album de Dinosaur Jr. est au moins aussi bon que le meilleur des albums sortis par le groupe depuis sa résurrection. Continuons à bomber le torse en proclamant que cette renaissance a donné une œuvre sensiblement plus intéressante que celle de la première carrière du trio, et levons la garde, au cas où. Penser … Continuer de lire Dinosaur Jr, Give a Glimpse of What Yer Not (2016)

Lushes, Service Industry (2015)

Brooklyn Duo. Ça pourrait être le nom d’un hamburger. C’est certainement le nom d’un hamburger. Lushes. James Ardery à la guitare/bruitage et au chant, et Joel Myers à la batterie. « Service Industry » est leur deuxième album en deux ans. Je ne sais s’il est pertinent de dire s’il s’agit d’un disque « d’actualité ». Je suis trop peu l’actualité et il y a trop de sens cachés … Continuer de lire Lushes, Service Industry (2015)

Institute, Catharsis (2015)

Par moments, les superlatifs s’accumulent au fond de la gorge, et on s’étouffe à vouloir dire tout le bien que l’on pense d’un album. On se tord à tenter de dévoiler toutes les choses que l’on devine primordiales. Le premier témoignage (format long) d’Institute, fait partie de ces œuvres totémiques qui s’apparentent à des feux de Saint-Elme dont la verdeur électrique guide autant qu’elle trouble … Continuer de lire Institute, Catharsis (2015)

White Denim, Stiff (2016)

« En arrière toute ! » L’appel lancé par le capitaine Petralli résonne dans tous les coins du sixième album de White Denim. La traversée fut houleuse pour ceux qui, finalement, n’auront jamais réussi à pécher autre chose qu’un succès critique, et n’auront jamais converti la masse à leur rock fiévreux, polymorphique, également passionnant sur disque que galvanisant sur scène. Ce n’est pas faute d’être insuffisamment armé. Après … Continuer de lire White Denim, Stiff (2016)

The Growlers en dix plages…

Comme souvent, je suis arrivé après la bataille. Lorsque j’ai découvert les Growlers, ça faisait déjà quelques mois qu’ils avaient publié leur dernier album et une semaine à peine s’était écoulée depuis leur dernier concert parisien. Je suis passé à coté de ce groupe. Faut croire… Je n’en avais jamais entendu parlé nulle part et quand enfin je fus initié – par le hasard, une … Continuer de lire The Growlers en dix plages…