Miley et le tetraodon

Il y a deux ou trois ans, Miley Cyrus perdait Pablow, son blowfish (ou poisson-globe pour les francophones, ou tetraodon pour les scientifique, ou fugu pour les gastronomes) et, après se l’être fait tatouer sur le bras en souvenir, écrivait une chanson pour le pleurer (au sens propre, comme vous pouvez le constater à la fin de cette vidéo)

Cette chanson apparaît à la fin de Miley Cyrus and her dead petz (que je traduirais par « Miley Cyrus et ses zanimaux morts » , l’autre des dead petz étant son chien Floyd, qui lui aussi a eu les honneurs d’une chanson et d’un tatouage.), un long album psychédélique réalisé en collaboration avec les Flaming Lips, et que les vieux fans de ce groupe comme moi aiment écouter pour se donner l’illusion de comprendre la musique des jeunes d’aujourd’hui. Tout à coup, après environ 80 minutes de délires plus ou moins drôles et farfelus, Miley pleure seule au piano et c’est un peu troublant.

Je vous résume le contenu de la chanson :

– premier couplet : Pablow vivait sous l’eau, ne connaissait pas la terre ni les nuages, tout le monde voulait le voir devenir aussi gros qu’il pouvait, mais elle préférait qu’il reste petit pour le protéger.

– second couplet : Elle est allée au restau avec des amis, ils ont mangé des sushis et elle une soupe. Voir ses amis manger ses amis lui a coupé l’appétit.

– troisième couplet : Pablow aurait été plus heureux sans elle, il aurait pu trouver l’amour et avoir des enfants avec une hippocampe.

Puis dans le dernier refrain, sa voix s’étrangle dans un sanglot, et on se demande si elle est sérieuse ou si elle déconne. C’est ce que je me propose d’essayer de trancher avec vous ce soir.

Un jour je suis passé devant une vitrine avec ces combinaisons d’animaux comme celle de Miley. La plupart ont été vendues avant que je finisse mon dessin.

Pour commencer, qu’est-ce qu’un poisson-globe? Eh bien c’est un poisson qui doit son nom au fait qu’il gonfle comme un ballon quand on le contrarie, cette vidéo de l’un d’eux nageant librement dans l’océan vous donnera une idée de son degré de mignonitude (et vous permettra aussi de constater que hors de son aquarium, au lieu de copuler avec des hippocampes, Pablow the Blowfish se serait probablement plutôt fait bouffer par un poisson plus gros que lui, car telle est la loi de la Nature et tel est le prix de la liberté. Et sans doute c’est bien triste de mourir dans un bocal mais au moins il a probablement pu bénéficier d’un vrai enterrement et d’une sépulture chrétienne.). Sous le nom de fugu il est aussi connu pour être ce mets japonais très raffiné qui, mal préparé, peut empoisonner les dîneurs, et qui de ce fait est interdit aux samouraïs et aux empereurs.

Signalons aussi la présence dans la chanson d’une femelle hippocampe, poisson chez qui le mâle porte les petits, et dont l’apparence rappelle le cheval, et donc aussi  un peu la licorne.

Donc la première interprétation qu’on peut faire de cette chanson est celle-ci : La chanson raconte une prise de conscience végane. A la mort de son poisson elle réalise qu’il était malheureux avec elle, dans un aquarium où tout le monde attendait de le voir gonfler ; désormais voir ses amis manger du poisson lui coupe l’appétit, et décidément Pablow aurait dû vivre dans l’océan pour y rencontrer l’amour. Et comme elle a huit ans d’âge mental, elle finit par pleurer dans sa combinaison de licorne.

Deuxième interprétation,  la plus vraisemblable à mon avis : Miley a envie de se moquer de son propre véganisme, et se caricature en chantant une chanson mièvre sur un poisson moche à qui elle prête aussi niaisement que possible des sentiments humains, et va jusqu’au bout de sa blague en se mettant à pleurer.

En fait moi aussi j’adore les poissons-globes, j’en ai dessiné plein, Miley c’est fou tout ce qu’on a en commun. J’aime bien aussi les hippocampes mais je trouve qu’il y a déjà bien assez d’illustrations dans cet article.

Le poisson-globe et l’hippocampe, ça sonne un peu comme un conte, et c’est tentant d’y chercher une signification plus profonde, aussi certains fans voient une troisième interprétation : cette chanson serait la métaphore d’une rupture amoureuse, Miley aurait sans doute empêché son copain de vivre, et devrait se résoudre à admettre qu’il est plus heureux sans elle. Quand elle est seule à ne pas manger de poisson au restaurant, c’est peut-être une manière de dire qu’elle est la seule célibataire, et quand elle voit ses amis manger ses amis, ils sont peut-être plutôt en train de s’embrasser. Je vous laisse interpréter comme vous voulez le passage du début où tout le monde veut voir le poisson grossir.

Miley pleure assez souvent dans ses clips en fait, même pour rire

De mon côté je suggère une quatrième interprétation : Quand je la vois pleurer à la fin de cette chanson, je me rappelle aussi plusieurs gros plans sur son visage défait dans d’autres clips, et je ne saurais pas dire exactement pourquoi, mais ça me rappelle que Miley Cyrus est une enfant star, révélée très jeune (dans Hannah Montana, une série dans laquelle elle jouait une adolescente ordinaire le jour, et une pop star la nuit). Mon impression est que Miley Cyrus souffre de cette célébrité, que toutes ses provocations à base de sexe et de drogue, l’acharnement qu’elle met à se faire passer pour une folle écervelée, sont sans doute une réaction à la difficulté de vivre sous les projecteurs. Peut-être qu’elle regrette la Miley ordinaire, la Miley d’avant la célébrité. 

Pour moi Pablow représenterait alors cette Miley ordinaire, qui ne connaît ni la terre ferme ni les nuages, la vie normale quoi, et vit enfermée dans un bocal, cette Miley que tout le monde a envie de voir devenir la plus grande possible mais qui voudrait aussi rester toute petite pour se protéger, cette Miley ordinaire enfin que la Miley actuelle relâcherait dans l’océan loin de la célébrité si c’était encore possible. Quand au restaurant elle voit ses amis manger ses amis, on peut imaginer quelque chose d’assez sombre, par exemple qu’elle voit son entourage comme un panier de crabes qui  se dévorent entre eux. Et enfin, bien sûr, peut-être que loin de la célébrité, elle pourrait vivre l’histoire d’amour qu’elle veut, avec l’hippocampe de son choix, sans se retrouver en photo dans un tabloïd.

Ces trois dernières interprétations ne se contredisent pas entre elles, elles sont peut-être toutes les trois vraies (ou toutes les trois fausses, parce qu’après tout, allez savoir ce qui se passe dans la tête des artistes). A un moment, pour éliminer définitivement la première hypothèse, je me suis demandé si il y avait moyen de savoir si Pablow avait réellement existé à part en tatouage sur son bras, si par exemple elle l’avait pris en photo pour ses fans avant sa tragique disparition. 

Et puis je me suis vu commencer à enquêter sur le poisson de Miley Cyrus et je me suis dit que cette histoire commençait à aller un peu loin, donc je vais m’arrêter là.

J’ajoute quand même quelques liens vers quelques vidéos de Miley pour, si besoin est, vous convaincre qu’elle est vraiment cool : 

Rebell Yell avec Billy Idol. Normalement ce genre de duos c’est horrible, les artistes ont toujours l’air de se forcer et de détester ce qu’ils font, mais là le vieux Billy a l’air émerveillé par sa partenaire et ils foutent le feu

Lilac Wine (évidemment pas à la hauteur des versions de Jeff Buckley ou Nina Simone, mais quand même, faut le faire)

Lucy in the Sky with Diamonds avec les Flaming Lips et Moby  (un peu nsfw et peut-être légèrement misogyne aussi j’ai bien peur)

Tongue Tied un clip arty avec la réalisatrice plasticienne Quentin Jones

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *