La Femme est l’avenir du Clic mais n’a pas de joli chapeau

Je ne sais si les gens de la vraie vie (comme mon boulanger qui boulange paisiblement en écoutant RTL2) peuvent se le représenter, mais dans le petit milieu réseauté des amateurs de rock  la tension monte régulièrement jusqu’à la haine autour de l’évaluation d’un seul nouveau  groupe. En ce moment c’est le dénommé La Femme qui énerve et on sort les gourdins cloutés. C’est un peu l’équivalent d’un débat sur le Burkini estival si vous voulez, sauf que que ça n’a aucune espèce d’importance. Ainsi Moi Polatouche Premier, grand manitou prescripteur des cimes arboricoles  me devais de participer au pugilat, mais avec toute la hauteur que me permet d’atteindre mon agile anatomie.

la-femme-et-le-polatouche

D’abord merci d’avoir cliqué. Cela va aider au référencement du site. En fait c’est même l’idée centrale de cet article, puisque je n’ai jamais écouté les chansons de La Femme. De toutes façons, écrire sur ce qu’on a pas ouï est à l’évidence une habitude chez certains journalistes professionnels. Mais là (moi Polatouche Premier) je me permets ; comme de toutes façons je n’ai pas de chef je m’en fiche complètement.
Primo, j’étais occupé ces derniers temps à écouter des Polyphonies Albanaises et je n’aime pas être dérangé quand j’écoute des Polyphonies Albanaises (les gens n’ont aucun respect et certainement pas d’aussi beaux chapeaux que les chanteurs ci-dessous)


Secundo, ce que je sais puisque cela fait sanglante polémique est que La Femme a eu droit à ce titre en couverture des Inrockuptibles : La Femme est l’avenir du rock. Bon, je vous arrête tout de suite, c’est faux, car Johnny Hallyday n’est pas mort. Ensuite, je me demande bien qui cette question peut encore intéresser ; je veux dire la question de l’avenir du rock. J’aime les années 2010 (moi Polatouche Premier), car tu peux trouver en un instant sur la toile et même en vinyles ou CD : du Jazz-Papou, du Raï Cantonais, des chansons de la Renaissance Italienne ou de la noise silencieuse. Autant dire que le rock, ou plutôt l’idée de rock pur, ressemble de plus en plus à un micro-événement au regard non seulement de l’histoire de la musique (l’Opéra-Bouffe, autre genre rigolo, fit fort effet aussi en son temps), mais de tout ce qui est à disposition d’oreille. Hé, je me trouve même ultra moderne à penser ça, nom d’un hipster en goguette, et j’ai envie de laisser l’avenir du rock aux vieillards.

opera-bouffe
Le prévisible revival de l’Opéra-Bouffe fera-t-il mieux que l’avenir du rock en terme de Buzz ?

Hélas je me sens déjà un poil pontifiant en cette fin de communiqué, et j’ai peur d’attirer plein de pontifiants professionnels (le rock est désormais affaire de « savants » pas très fous, mais minutieux et susceptibles) qui voudront me prouver plein de choses. Cela (moi Polatouche Premier) m’ennuierait autant que m’embarrasserait, un peu comme une intervention d’Alain Badiou (le vieux bonhomme qui parle sous hélium parfois sur Radio France). Cela étant, encore une fois et avec force, je vous remercie d’avoir cliqué. C’est bon pour le référencement.

P.S : Le Polatouche est l’avenir du Rock.

Par Polatouche Premier, roi du piège à clics.

Merci à Obi pour le montage.

3 réflexions sur “La Femme est l’avenir du Clic mais n’a pas de joli chapeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *