The Growlers en dix plages…

Comme souvent, je suis arrivé après la bataille.

Lorsque j’ai découvert les Growlers, ça faisait déjà quelques mois qu’ils avaient publié leur dernier album et une semaine à peine s’était écoulée depuis leur dernier concert parisien.

Je suis passé à coté de ce groupe. Faut croire… Je n’en avais jamais entendu parlé nulle part et quand enfin je fus initié – par le hasard, une fois de plus – je me suis retrouvé avec pas moins de cinq albums et une pelletée de EPs, de lives, de splits, et de faces B en tout genre, à déflorer goulûment avec l’énergie de ceux qui ont déjà perdu trop de temps et pour qui le tic-tac se fait de plus en plus sournois. En moins de dix ans d’existence, ils avaient fait davantage que certaines de mes « valeurs sûres » dont j’attends les sorties par habitude comme d’autres attendent la Coupe du Monde ou les JO. L’évidence m’a foutu au tapis et tant pis pour le timing. J’ai fait le chemin à l’envers, de la confiance aux balbutiements, de la concision à l’exubérance, de la flamme personnelle à l’hommage un peu trop appuyé aux glorieux prédécesseurs. Et puis j’ai refait le chemin encore en sens inverse, et puis j’ai pris des chemins de traverse, et puis je me suis arrêté… et je suis reparti. L’épiphanie à un coût, et celle-ci était violente. Longtemps que je n’avais été confronté à une telle collection de tubes. Ces chansons éternelles, sacrées, qu’on a l’impression de connaître depuis toujours. C’est presque indécent de voir des types aussi jeunes être capables de nous faire croire à nouveau en l’importance de la pop, même s’il faut l’appeler Beach Goth – du pays du soleil triste.

L’histoire en dix titres :

1 – Naked Kids

2 – Magnificient Sadness

3 – Tell It How It Is

4 – Wet Dreams

5 – Good Advice

6 – Monotonia

7 – Living in Memory

8 – Beach Rats

9 – Going Gets Tuff

10 – Empty Bones

P.S. On peut les voir en apôtres bariolés dans l’excellent Inherent Vice de Paul Thomas Anderson.

Par Max

Une réflexion sur “The Growlers en dix plages…

  1. Donc moi aussi j’étais en retard d’un train, merci pour cet article et cette sélection de vidéos.
    ça me plaît bien, pour l’instant la deuxième m’a particulièrement tapé dans l’oreille, mais je n’ai pas fini de tout écouter encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *