Riez ! La RATP vous l’ordonne !

metro1eravrilQuand la RATP décide de te faire un poisson d’avril en remplaçant les noms de ses stations de métro par des noms fictifs. Non pas un artiste, non pas un groupe. Ni plus ni moins que l’entreprise qui gère grosso modo la totalité des réseaux de transports en commun d’Île-de-France. Celle qui nous rend cet immense service du déplacement plus ou moins rapide contre une rémunération mensuelle ou journalière. C’est aussi le « cinquième acteur mondial du transport public », me souffle Wikipédia. Qu’est-ce que ça peut vouloir dire, quand c’est non plus les individus qui entretiennent les « traditions » populaires et informelles, mais l’autorité qui prend le relais, à des fins de com’ tant qu’à faire ? Dans une société de plus en plus carrollienne, on serait tenté d’en dire que ses membres ont plus que jamais perdu le pouvoir d’impacter sur elle, ainsi que sur leur propre quotidien. Réduits à des spectateurs impuissants, nous sommes ? Condamnés à l’émerveillement perpétuel devant des frasques qui nous font barboter dans le bon bocal ? Celui de la consommation, de l’hallucination collective, nan pardon, du bonheur acquis et de la bonne humeur. Mettons. Notre réel est notre quotidien, notre réel ne nous appartient pas. Pour une raison ou une autre, nous l’aurions livré, nous sommes toujours pris dans le rêve de l’autre. Et si c’était finalement la question que nous soumet la RATP, en ce jour des « blagounettes » institutionnalisées. Mais quand, quand allez-vous saisir ? Que quand les structures se mettent à faire les Poissons d’Avril et non plus les hommes, il est temps de… s’interroger sur sa propre capacité à nager ? Moins sur sa capacité à se marrer, peut-être. Et si c’était finalement la leçon (effrayante, ou ennuyeuse, c’est selon) que nous communique la RATP, en ce jour des « blagounettes » institutionnalisées. Ce monde-ci ? Mais c’est de la blague. Opéra/Apéro !


Par Cpasmoi

3 réflexions sur “Riez ! La RATP vous l’ordonne !

  1. J’aurais tendance à dire que derrière cette idée, il y a aussi des salariés, c’est à dire des hommes, qui ma foi évoluent avec la société et pour qui ce genre d’action est entré dans la norme, happenings, flashmobs, vidéos Youtube, street art et compagnie. Je ne suis pas sûr que le gars qui a trouvé l’idée soit forcément un gros con, d’ailleurs certaines idées m’ont plutôt fait marrer mais ta vision du truc, assez sombre est très juste, il aurait été plus « sain » que ce soit une bande de rigolos qui en aient eu l’idée et le côté institutionnel est un peu flippant (c’est pas le pire en termes de manipulation de masse ceci dit). Mais qu’est-ce qui est un poisson d’avril, l’événement, le non-événement (je suis pas allé à Paris pour vérifier) ou ton article ? On ne sait pas en fait 🙂 Where is the poiscaille ?

  2. Ca me fait penser à la pub Mc Do où une bande de jeunes trop délire va coller des affiches de hamburgers stylisés dans la ville la nuit, avec un sous-entendu d’outre-passement des interdits, on est des graffeurs, on est des oufs. Vite, un Big Mac.

    1. Merci Bobflub ! C’est vrai qu’en écrivant là-dessus, je n’ai fait autre chose que contribuer à répandre le… poisson. 😉 Je n’ai pas été insensible à l’idée, c’est tout à fait ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *